Faire du sport, c’est risqué. Certains le sont plus que d’autres vous me direz, mais quand même. Tous les sports ont des risques associés. Pensons à l’escalade. Plusieurs y risquent leur vie en s’aventurant dans sur des parois toujours plus difficiles et verticales. Pensons aussi au rugby, tout un sport de débile : on se rentre dedans, sans protection, pour un ballon. Par contre, certains sports sont plus soft, moins risqués. Avec un bon équipement, on évite bien des blessures et des accidents.

SAUF QUE! Qu’on le veuille ou non, ça nous est tous arrivé. Une maudite ampoule. Sérieusement, un si petit bobo qui peut être si désagréable. Que ça soit en faisant un bon vieux jogging, une randonnée ou lors de la première sortie en patins à glace de l’année, c’est immanquable. Peu importe le sport, ça peut arriver, au moment où l’on s’y attend le moins… PAF! Ça fait mal, ça brûle, ça saigne.

Une autre victime d’une fâcheuse ampoule…

Les ampoules sont aussi nos ennemis quand on part pour une journée en ski de randonnée. C’est peut-être un peu moins fréquent, mais quand ça arrive, pis ça gosse. Ça ne vous tente absolument pas d’aller atteindre vos amis dans l’auto parce que l’ascension et les descentes sont trop douloureuses à cause d’une maudite ampoule. Encore pire, ça ne vous tente pas de faire attendre vos pots pendant que vous installez votre petit plaster.

Étant donné qu’on tient dur comme fer à votre bien être et à votre santé (on est de même nous chez Mapow 💛), on a décidé de vous préparer un petit carnet santé, pour prévenir et guérir (si vous avez décidé de faire à votre tête et de ne pas appliquer nos conseils…) les fameuses ampoules fatigantes. On le sait, elles sont parfois réellement difficiles à éviter. Par contre, on a quand même déniché quelques trucs simples et efficaces pour prévenir le plus possible.

Pourquoi ça arrive?

Avant toute chose, essayons au moins de comprendre pourquoi ça arrive ça, des ampoules. À la base, elles apparaissent suite à un frottement prolongé. En plus de ce dit frottement, on compte 3 facteurs principaux qui occasionnent ces blessures : la chaleur, l’humidité et les saletés.

La chaleur qui provient du frottement répété entre la peau et le bas. L’humidité, qui elle, détend la peau et favorise l’apparition d’ampoules. Les saletés (sable, brindilles, roches, etc.) qui amplifient le frottement.

C’est aussi simple que ça.

Prévenir

Mais là, même si on connait la cause de ces ennemis, il faut savoir les prévenir. On le dit enh, mieux vaut prévenir que guérir.

On vous propose donc quelques trucs pour les éviter.

Prendre soin de ses pieds

Avoir les bonnes chaussures ne signifient pas seulement d’avoir des souliers, bottes, ou sandales adaptées à l’activité en question, qui n’occasionnent ni frottement ni point de pression. On parle également de :

Lacer ses chaussures correctement

Ni trop ni pas assez. Si votre chaussure est trop lousse, votre pied bougera et s’échauffera. Si elle est trop serrée, les frottements à certains endroits seront augmentés et les risques de créer des ampoules aussi. Ceci étant dit, il faut trouver un juste milieu dans l’ajustement de votre chaussure et il faut se sentir bien à l’aise de la modifier pendant l’activité. N’oubliez pas que plus la chaussure est serrée, plus le pied a tendance à enfler. Une autre cause à la création d’ampoules.

Casser les chaussures, bottes, sandales avant de les utiliser

On l’a tous fait. Étrenner une paire de souliers qu’on capote dessus pendant un événement. OUTCH! C’est officiel que tu ne te gères avant la fin de soirée. Et bien, c’est la même chose pour l’équipement sportif. Essayez (le plus possible) d’éviter d’aller faire une grande randonnée avec votre nouvelle paire de bottes de ski ou vos nouveaux souliers de marche. Portez-les sur de courtes distances, pendant des périodes de petite durée pour diminuer la rigidité et les mouler à la forme de vos pieds. Pendant cette période de «cassage», profitez-en pour essayer différentes paires de chaussettes et trouver la paire la plus confortable et adaptée à vos souliers. Ça fera également une grande différence.

Bien choisir ses chaussettes et ses semelles

On l’a dit plus tôt, une des causes des ampoules, c’est l’humidité. Vous devez donc porter une paire de bas qui respire. On en a parlé plusieurs fois cette hiver de l’importance de bien choisir ses vêtements. On est ici dans le même ordre d’idée que les vêtements que choisis lorsqu’on part en randonnée. Ils doivent évacuer l’humidité et vous garder au sec. C’est pareil ici. Optez pour des bas en fibres synthétiques et spécialisés pour le type de randonnée (ou le sport) choisi. Ce sera encore mieux si elles sont renforcées et faites de coutures plates pour éviter les points de pression. L’objectif est de protéger votre peau. Pas besoin de vous dire que les chaussettes trouées et abimées (tsé, celles qu’on voit au travers…) ne sont pas idéales.

Pour ce qui est des semelles, si vous en utilisez, assurez-vous qu’elles aussi permettent à vos pieds de respirer et qu’elles évacuent l’humidité. Elles doivent sécher rapidement et être bien adaptées à votre forme de pied.

Écouter ses pieds

On parle ici d’écouter ses pieds au sens figuré de la chose (jamais vu encore des pieds qui parlent). C’est la même chose que lorsqu’on vous conseille d’écouter votre corps lors d’activité physique. Si l’on ressent de la fatigue, on prend une pause. C’est essentiel pour éviter les blessures et les accidents. Dans le cas de la prévention d’ampoule, c’est la même chose.

Retirer vos chaussures lors des pauses

C’est super simple. Lorsque vous prenez des pauses, retirer (si possible) vos souliers. Je précise le «si possible», puisqu’il est évident que lors du journée en ski de randonnée, à -25º C, à un endroit où il n’y a aucun refuge, bien que l’objectif soit de prendre soin de vos pieds, ce n’est pas l’idéal si vous vous récoltez une engelure au deuxième degrés. On conseille simplement, lorsque c’est opportun, de retirer vos pieds de vos souliers et même de vos chaussettes pour les aérer, les faire refroidir et les faire sécher. Cela permettra également à vos pieds de dégonfler et permettra à votre peau de se retendre. Pendant que vous y êtes, jetez un coup d’oeil à savoir s’il n’y a pas des zones d’échauffements ou de petites blessures en formation. Si c’est le cas, vous pourrez agir rapidement pour éviter que ça empire.

Si la situation le permet, faites tremper vos pieds dans l’eau froide. Le froid raffermira votre peau, soulagera les échauffement et réduira le gonflement. À UNE SEULE CONDITION : que vous puissiez les sécher correctement avant de remettre votre chaussure.

Agir rapidement

Dès que vous ressentez une sensation de brûlure, agissez. On l’a dit, les ampoules se créent suite à un frottement répété. Si vous sentez qu’une ampoule est en construction, arrêtez-vous. Tentez de simplement desserrer légèrement les souliers ou changer de chaussettes. Regardez également si vous n’avez pas des saletés qui se sont logées dans votre chaussure. En cas de doutes, vous pouvez prévenir en apposant un pansement à l’endroit endolori pour protéger la zone.

Chouchouter ses pieds

Utiliser une crème anti-frottement

Pour ceux qui veulent réellement mettre toutes les chances de leur côté afin d’éviter la création d’ampoules, une autre option s’offre à vous. En fait, il existe des crèmes anti-frottement que vous pourriez appliquer sur vos pieds avant de partir en randonnée. Ces crèmes ont simplement comme bienfaits de diminuer les frottements, et donc de diminuer les risques de créer des ampoules. Elles existent également sous forme de baume (un peu comme un déodorant en bâton). Vous pourrez vous les procurer à divers endroits, comme au Jean Coutu, à La Cordée, sur le web ou dans des magasins spécialisés en course à pied et en randonnée.

En voici quelques exemples :

Les deux sont disponibles ici.

Le gel est disponible ici.

La crème est disponible ici.

Couvrir les endroits à risque

Si vous savez, d’avance, que vous avez tendance à faire des ampoules à des endroits précises (meton au-dessus du talon, derrière le pied… un classique!), vous pouvez également protéger ces endroits avant de commencer votre activité sportive. On vous propose d’utiliser un simple saran wrap, une bande adhésive ou des pansements (préférablement en silicone) à ampoules. Toutefois, en utilisant le saran wrap, la peau demeure fragile et à tendance à ne pas durcir. Bien que cela reste mieux en place que les simple pansements, il faut l’utiliser avec précaution.

Guérir

Si vous n’avez pas écouté nos conseils ou bien que malgré tout, une ampoule s’est formée, n’ayez crainte. On a quelques conseils pour alléger votre douleur et favoriser la guérison. Une fois que le mal est fait, malheureusement, les solutions ne sont pas miraculeuses. Par contre, elles réduisent la douleur et diminuent le temps de souffrance.

Vitamine E de l’huile de ricin et aloès

Advenant que, malgré toutes les précautions prises, vous terminé votre journée de randonnée avec de fâcheuses ampoules au pied ou encore aux mains après une journée d’escalade, essayez la vitamine E de l’huile de ricin. C’est super simple. Casser une capsule d’huile et étendre son contenu sur l’ampoule. Faites-le avant d’aller dormir. L’huile pénètre dans votre blessure et aide grandement à la faire sécher et à la guérir.

L’aloès pourra également vous aider à soigner votre ampoule. Agissant comme anti-inflammatoire, l’aloès aidera à réduire la rougeur et l’enflure qui causent la douleur. On affirme que cette plante a également des vertus pour soigner les brûlures graves. Par le fait même, cela devient un excellent remède contre les ampoules.

Utiliser des pansements

S’il est trop tard pour prévenir, appliquer des pansements (préférablement en silicone) sur les ampoules afin d’éviter davantage la friction contre votre chaussure. Cela aidera à prévenir les infections et à éviter que des saletés s’y incrustent. Par contre, une fois à la maison (au chalet, à l’hôtel ou peu importe), laissez les respirer. C’est prouvé qu’une ampoule guérira plus rapidement si elle est à l’air libre. Cela l’aidera à respirer et à sécher. Pour assurer une guérison optimale sans infection, vous pouvez également appliquer une fine couche de gel antibactérien (du type Polysporin).

Vous êtes prêts!

Bien que la saison de ski tire à sa fin, la saison estivale est à nos portes (on l’espère réellement, genre vraiment beaucoup). Qui dit saison estivale dit randonnées pédestres, course à pied, vélo, etc. Tous ces sports ne vous rendent pas à l’abri de vos ennemis les ampoules. Rappelez-vous, mieux vaut prévenir que guérir.

Bonnes chaussures, bonnes chaussettes, demeurer au sec et éviter les frottements. Tous des indispensables pour s’éviter les ampoules.

Aloès, pansements, vitamine E. Toutes des solutions pour guérir vos maudites ampoules.

Avant de partir en randonnée (surtout si vous savez qu’elle sera longue et exigeante) pensez à tester les méthodes de prévention avant de simplement vous y fiez. «Cassez» vos chaussures et essayez-les avant avec différents types de bas. Vous voulez réellement éviter les ampoules.

Entre temps, n’oubliez pas de bien vous nourrir lors de vos randonnées, de vous préparer physiquement et mentalement (surtout lorsqu’on fait référence à des sorties d’envergure) et bien sûr, de vous amuser.

There are currently no comments.