Le pèlerinage débute!

Dimanche midi, je rejoint ma cousine Stéphanie et son copain Thomas au Walmart de Beauport. C’est le départ pour un séjour de minimum 2 jours de ski en Gaspésie. Je dis minimum, parce qu’on se laisse une marge possible si la neige tombe du ciel. À suivre…

Crédit photo : Simon Daoust, collaborateur Mapow

Cinq heures de route devant nous pour Sainte-Anne-des-Monts, le camp de base du trip. Après le lancer des sacs sur nos lits, c’est l’temps de la consultation : séance de Google Earth, bulletins d’avalanches, analyse de modèles météo et lecture de plans du livre-guide des Chic-Chocs. Je vous rassure, le tout accompagné d’une bière gaspésienne. Des vents de fous du nord/nord-est sont prévus dans la nuit et pour la journée de demain. Avec la nouvelle neige de la semaine, les faces sud vont peut-être se charger et nous garder à l’abri des bourrasques. Le choix est fait, Champ-de-Mars pour la journée 1.

Jour 1: Bluebird au Champs-de-Mars

La beauté du ski en semaine : la paix. 3-4 autos dans le stationnement des Champs-de-Mars, on est en business! Une mince couverture nuageuse nous accompagne pour la première montée. -18ºC se fait ressentir. Une chance qu’on bouge pour apprécier le moment. En arrivant au tree line, le ciel s’ouvre, le paysage se dévoile. Okay, on est ailleurs là! À chaque visite dans les Chic Chocs, le sentiment de grandeur est toujours aussi épique. On ne parle plus de collines ici, mais plutôt de méchantes belles grosses montagnes blanches!

Crédit photo : Simon Daoust, collaborateur Mapow

Le fun commence, il faut choisir nos lignes de descente. Le choix est abondant. J’ai tendance à m’éloigner des chemins déjà empruntés. Couteau à deux tranchants, je vous l’accorde, mais quand ça livre, c’est doublement bon. On fait notre transition une centaine de mètres avant le sommet, visiblement, c’est venté et crouté là-haut, ça vaut pas la peine.

Crédit photo : Simon Daoust, collaborateur Mapow

On a trouvé de la poudreuse!

J’ouvre le bal pour notre première descente. Même pas deux virages de fait que j’ai le gros smile. Mes skis flottent sur un beau 10-20 cm de neige fraîche. Je fais ma trace à travers les têtes de sapins, enchaînant des virages sur les champs de neige vierge, YES! On sent une croûte en-dessous de la nouvelle neige, surtout dans le steep, mais impossible de se plaindre. J’arrête sortir la caméra. Stéphanie est la prochaine. On a jamais skié ensemble en 29 ans d’existence, y’était temps! Steph lâche des cris de joie à chaque virage et je comprends pourquoi! Le spectacle est succulent à travers la lentille. C’est la que le terme surf des neiges prend tout son sens; She is Surfin’ on Mars! Clic! 📸

Crédit photo : Simon Daoust, collaborateur Mapow

On enchaîne quelques laps dans le même secteur pour ensuite faire notre dernière montée au sommet. En haut complètement des Champs-de-Mars, la vue sur le Mont-Albert et sur le mont Hog’s Back est folle. On contemple le massif des Chic-Chocs en pensant aux prochains jours, c’est bien commencé!

Crédit photo : Simon Daoust, collaborateur Mapow

Jour 2: Exploration au Mont Lyall

Trois oeufs, bacon, bagel et clémentines, on se prépare pour une grosse journée. Les vents se sont inversés dans la nuit, pas de nouvelle neige. Heureusement, le mercure se réchauffe un peu. On décide donc d’attaquer le Mont Lyall. L’approche est plus longue. On parle d’une bonne demi-heure avant d’atteindre la pente. À mi-chemin, boom! L’oeil sur l’objectif, c’est difficile de prédire les conditions de neige, mais chose certaine, c’est beau!

Crédit photo : Simon Daoust, collaborateur Mapow

L’ascension par l’épaule nous fait passer dans une forêt dense d’arbres chargés de neige. Mon enthousiasme diminue un peu lorsqu’on arrive en haut des premières lignes de descente. Des bosses fermes et aucune nouvelle neige amenée par le vent. Faut s’avouer que les weekend warriors y on fait la passe. Pas grave, c’est quand même une grosse descente de 350m qui se termine dans un méga sous-bois steep!

Crédit photo : Simon Daoust, collaborateur Mapow

On remonte par la face via la montée des Trolls. Le feeling d’alpin est vrai, la skin track fait des lacets en plein centre de la cuve de Lyall. Aweille les kickturns, on se dérouille les rotules. En montant ici, on croise plusieurs lignes qui nous permettent de faire l’analyse du terrain et des conditions. Par instinct, on décide de traverser le plus à gauche possible. On a trouvé quelque chose, et oui! Un beau gros champ de neige vierge longeant un bout de forêt. Probablement une plaque à vent qui s’est formée depuis hier. Voilà notre secteur de ski pour le reste de la journée, du traçage bien plaisant!

Crédit photo : Simon Daoust, collaborateur Mapow

Jour X: On reste ou on part? Il annonce de la neige…

Pendant que Steph the cook cuisine le souper, Tom et moi sommes rivés sur nos écrans avec un petit verre d’Auval. Tom joue à la boxe online (il est solide!), moi je surf sur le web. Mon but : trouver une bonne raison de rester une journée de plus. Je regarde tous les modèles météo, j’interprète des scénarios, je fais la moyenne des chiffres. Il va neiger à partir de 11h avec des vents de fou. À bien y penser, Lyall nous garderait à l’abri. OK!!! on reste une nuit de plus. C’est l’temps d’appeler notre hôte Airbnb!

Crédit photo : Simon Daoust, collaborateur Mapow

OUI, pow wow!

On retourne directement dans le secteur qu’on a déniché hier, après avoir fait la grasse matinée en attendant la tempête. Après tout, les pattes commencent à être raides. Il neige déjà à plein ciel dès la première montée. Le niveau d’excitation est à son apogée dans le groupe. Je m’engage le premier pour prendre des photos. Ayoye! Le sentiment «pas de fond» comme on l’aime. La neige est légère, profonde. C’est jouissif! Tom est deuxième. Pour lui, le couloir est un park. Oeil dans la lentille du Kodak, je souris à le voir décoller de terre sur tout ce qui trouve. Steph close avec de beaux gros slashs de poudreuse. On est aux anges!

Crédit photo : Simon Daoust, collaborateur Mapow
Crédit photo : Simon Daoust, collaborateur Mapow

Après 3 descentes, mère nature nous renvoie à la maison. La tempête passe en mode hostile. La visibilité est nulle et il doit faire -30ºC avec le vent. On a compris. Bye bye et à la prochaine montagnes sacrées de la Gaspésie! Récompense d’effort remarquable: un petit choux à l’érable et une bonne IPA.

Crédit photo : Simon Daoust, collaborateur Mapow
Explorer Mapow
There are currently no comments.