Les sports de glisse font partie de notre culture québécoise depuis bien des années. Qu’on le veuille ou non, on a un hiver au Québec. Mieux vaut l’apprécier que le critiquer! Avec nos froids intenses et nos bonnes bordées de neige (plus souvent qu’autrement de la pluie maintenant), le ski et le snow sont des incontournables pour bien des sportifs québécois. Par contre, on observe maintenant une nouvelle tendance bien populaire : celle du ski/snow de randonné, communément appelé le touring. Ce sport consiste à faire l’ascension d’une montagne (qui n’est pas nécessairement munie de remontes pentes ni de pistes entretenues ni d’airs de services) pour ensuite la redescendre (en espérant être le premier!). On arrive à monter cette pente grâce à des peaux d’ascension aussi appelées «peaux de phoque» qu’on installe sous nos palettes.

En veux-tu de la poudreuse? En v’là !!!

Pouvoir descendre à fière allure dans la poudreuse alors que les pistes des stations sont constamment glacées : le paradis non? WÔ MINUTE! Le ski ou le snowboard de randonnée n’est pas de tout repos. Il faut être préparé (physiquement et en équipements) si on veut avoir envie d’y retourner. Je vous dresserai donc ici une liste des 9 essentiels à prévoir avant de se lancer dans cette belle aventure. Des papiers mouchoirs jusqu’à l’équipement plus technique, je vous expliquerai le pourquoi du comment ses différents articles sont essentiels pour une journée de randonnée réussie.

*À noter : on parle ici de sorties dans des secteurs à faible risque voire risque nul d’avalanche. Si vous prévoyez vous aventurez dans des secteurs plus risqués, assurez-vous d’être équipés et habitués à ce genre de secteurs.

LES ESSENTIELS

1.Petite trousse de premier soin

On souhaite tous une belle journée sans tracas. Mais la descente en montagne, dans des sentiers peu fréquentés, possède ses risques. Que ce soit à cause d’une branche d’arbre, un arbre lui-même, un bloc de glace ou une vilaine roche, il se peut que vous vous blessez pendant la journée. Avec la petite trousse de premier soin dans votre sac, vous limiterez probablement certains dégâts (quand même plate un beau shell en Gore-Tex tâché de sang). Il ne sera pas nécessaire ici d’avoir une trousse complète. On parle principalement :

  • Des bons vieux plasters
  • Un onguent antibiotique (on a clairement tous un tube de Polysporin à la maison) et des tampons d’alcool
  • Un bandage souple (en cas de foulure ou d’entorse) et des bandages adhésifs (petits et grands)
  • Des comprimés d’acétominophènes ou d’ibuprofène (Tylenol ou Advil en bon français)
  • Du ruban adhésif et une paire de ciseaux

Vous pouvez toujours ajouter certains articles si vous en ressentez le besoin. Par contre, avec ces éléments, vous limiterez les risques d’infections et d’aggravation, tout en évitant de tâcher votre super manteau brand new.

Si après quelques expériences vous commencez à ne jurer que par les sorties en randonnée, il y a de fortes chances que vous commenciez à vous aventurer sur des terrains plus éloignés et risqués. Si c’est le cas, il serait important de considérer certaines formations. Celles-ci serviront à approfondir vos connaissances sur la sécurité reliée à ce sport. Selon les adeptes du hors-piste, les formations les plus recommandées sont:

Cours de sécurité en avalanche niveau 1 (CSA1)
Cours de secourisme en milieu sauvage et éloigné

2. Lampe frontale

Évidemment, si vous partez à 8h du matin pour une seule et unique montée-descente, que votre téléphone est entièrement chargé et que votre entourage sait exactement où vous vous trouvez, si vous n’êtes pas revenu après 16h et que tout le monde est sans nouvelles, on viendra à votre rescousse. Par contre, la lampe frontale pourra être bien utile lors d’une journée complète de randonnée. Elle peut être aidante également lorsque vous ignorez la durée de votre sortie en randonnée et qu’il y a des risques que vous vous faisiez prendre par la noirceur précoce des journées d’hiver. Ne prenez pas de chance, prévoyez une petite lampe frontale (avec batterie évidemment) et une pile de rechange. Croyez-moi, vous n’avez pas envie de vous sentir comme dans une émission de Canal D.

3. Grignotines protéinées

Le ski/snow de hors-piste est exigeant physiquement. En fonction de la température, du degré d’inclinaison, de la durée de la montée et de l’épaisseur de la neige, il se pourrait que vous suez plus que vous le pensiez. La petite toast que vous aurez ingérée à 7h avant de partir pourrait ne pas être suffisante pour vous soutenir. Ne prenez pas de chances! Des noix ou une barre protéinée pourraient vous être bien utiles. N’attendez pas d’être complètement faible et sans énergie avant de les manger. C’est lorsqu’on devient sans énergie que les risques de blessures sont les plus propices. Restez donc au sommet de votre forme!

4. Les papiers-mouchoirs

Certains diront : «Voyons, ce n’est clairement pas parmi les essentiels!». Pardonnez-moi mes amis, mais vous saurez m’en faire part quand vous passerez la journée avec un petit goût salé sur les lèvres ou qu’une drôle d’envie pressante s’emparera de vous.
Les fameux kleenex peuvent vous semblez bien niaiseux. Au contraire, ils sont des plus essentiels. On sait tous qu’en passant du temps dehors, au froid, on active une espèce de petite valve qui ne cesse de couler : le nez. Vous serez bien heureux de les avoir à la place de renifler dans les oreilles de vos powtners (vos partners de poudreuse!) toute la journée. Aussi, ne nous faisons pas de cachettes. L’exercice physique active votre métabolisme. Il se peut que vous soyez au prise avec une drôle d’envie. NO PROBLEMO! Ils seront là pour vous.

5. Thermos + eau

Pourquoi un thermos? Pour éviter que le contenu de celui-ci gèle. Pourquoi de l’eau? Pour vous garder hydrater. Il serait bien dommage d’arriver en haut, complètement assoiffé, et de devoir manger une bonne poignée de neige, car votre eau est gelée. Le thermos est également résistant, ce qui évite qu’il se brise advenant une chute. Votre sac ne sera pas inondé et vous pourrez étancher votre soif sans problème. N’oubliez pas, c’est du sport faire du ski de randonnée. On est loin de l’autoroute à St-Côme (sans rancune Val St-Côme!!!)

6. Sac à dos

Je vous entends déjà dire «Bon! Une autre affaire qui coûte cher!». En effet, s’équiper pour la randonnée peut être plutôt dispendieux. Par contre, le sac à dos est assez essentiel. Premièrement, un bon sac de touring possédera des compartiments spécialement conçus pour transporter votre équipement (casque, goggles, pelle, sonde, système d’hydratation, ski/planche, etc.) et le poids de son contenu sera bien réparti. Il offrira également un bon confort tout en étant résistant. J’en ai parlé plus haut, une petite branche est si vite arrivée. Vous ne voulez pas revenir après votre première journée avec un sac qui ressemble à une passoire. La résistance est très importante, surtout si vous faites l’ascension en raquettes et que vous devez y accrocher vos skis ou votre snow.

Par contre, rien ne vous empêche de l’acheter lors des ventes (Black Friday, Boxing Day, Fin de saison, etc.) ou même de l’acheter usagé. Il existe des groupes sur Facebook de ventes/échanges d’équipement. Principalement, si vous devez vous équipez de A à Z, il peut être bien de regarder les essentiels qui sont de secondes mains. D’ailleurs, merci à nos amis de Estski qui ont préparés un article très pertinent sur les différents trucs à utiliser afin d’arriver à s’équiper pour peu de sous.

7. Trousse d’outils

Les petits outils seront vos meilleurs amis la journée que votre fixation décidera de ne plus vouloir collaborer. On parle ici de petits tournevis (et de vis de rechange) et de pièces de rechange pour votre fixation (si vous en avez). Bien que l’équipement est souvent très robuste et conçue en fonction d’être résistante, ce n’est pas impossible qu’elle se brise. Vous vous trouverez très brillant d’avoir les outils pour pouvoir réparer votre binding en plein milieu d’une descente. C’est long redescendre à pied dans 60 cm de poudreuse.

8. Les bâtons rétractables

Même si tu es un snowboarder accompli et que tu t’es toujours dit que jamais tu ne serais un skieur et que jamais tu n’utiliserais deux palettes pour descendre, et bien SURPRISE!, ton board se sépare maintenant en deux. Tu es presque un skieur, oui oui. Que tu sois en snow ou en ski, les poles deviendront tes plus grands alliés pendant ta montée vers le sommet. Ils t’aideront à garder ton équilibre et ils te supporteront sur des pentes plus abruptes. Ils te serviront également de repères pour connaitre l’épaisseur de la neige.

N’ait crainte, tu auras bien pris conscience de cet article et tu te souviendras que c’était écrit «rétractable» à côté du mot bâton. Tu pourrais donc les mettre dans ton sac lors de ta descente. Le côté «rétractable» et «ajustable» de la chose a également d’autres utilités. Tes poles pourront être ajustées en fonction de l’angle de la pente, en plus d’être allongés pour la montée et raccourcies pour la descente. Celles qui sont entièrement rétractables seront l’idéal pour les snowboarders qui n’auront pas à les utiliser lors de la descente.

Voilà un bon exemple de filles prêtes pour leur montée! 🙂

9. Des vêtements qui respirent BEAUCOUP

Les vêtements sont probablement l’élément clé du niveau d’appréciation de ta journée en hors-piste. Même si le thermomètre indique -27ºC et que tu crains les engelures, il y a de fortes chances que tu finisses en petit polar et sans gants. Une deuxième paire de gants, plus légère que la première, est donc fortement recommandée pour l’ascension. Des bonnes combines (qui respirent) t’aideront aussi à ne pas être tout trempé une fois en haut. Une salopette, et non un pantalon de snow conventionnel, pourrait t’éviter bien des ennuis (tsé, la bonne bordée de neige direct dans tes bobettes, pas cool!).Tu te rappelles qu’on a parlé de sac à dos plus tôt? C’est ici qu’il prend tout son sens. Tu devras pratiquement transporter ta garde-robe dans ton sac si tu veux bien gérer l’habillement de type multicouche.

Après avoir eu bien chaud en montant, il sera primordial d’avoir les bons vêtements pour redescendre au chaud et au sec. Dans le cas où tu devrais gérer une situation du genre «Oups, ma fixation est brisée!» ou encore pire «À L’AIDE!!! Je suis pris!», tu seras d’autant plus content d’avoir trainer tes nombreux vêtements de rechange dans ton backpack. Évidemment, la liste de vêtements à prioriser et à éviter est longue. Pas de panique! Un bel article, juste pour toi, est disponible sur ce blogue pour tout t’expliquer sur le concept du layering, sur le polyester, sur le Gore-Tex, pis toute!

ON Y EST PRESQUE!

Maintenant que tu es un pro (en matière de préparation je parle!) du touring, il ne te reste qu’à continuer de lire les articles qu’on va te présenter et à t’équiper pour aller dévaler les plus belles montagnes du Québec. Les essentiels présentés ne sont évidemment pas les seules choses dont tu auras besoin. Il te faudra également te préparer (faut être en shape pour ça là!) et planifier tes sorties (va d’ailleurs voir ce bel article sur les étirements, les échauffements et les exercices à prioriser pour tes prochaines sorties en touring). Que ce soit pour des escapades improvisées avec tes amis ou dans une grosse sortie de randonnée planifiée d’avance dans un des spots les plus réputés du Québec, tu ne dois pas négliger les risques de ce genre d’activité. Renseignes-toi, c’est réellement important.

Si tu restes à l’affût de nos articles, tu pourrais même avoir à ne pas te casser le coco trop trop pour ce qui est des essentiels du vêtement à avoir et à emporter lors de ta prochaine sortie en ski/snow hors-piste.

** Ah oui, parmi les essentiels, n’oublies pas tes skis ou ton split, on me confirme que ça aide! 😉

Explorer Mapow
There are currently no comments.