On le sait maintenant, Mapow est là pour t’informer et te guider sur les sorties en ski/snow de randonnée. (Pour l’instant, vous n’avez encore rien vu!) On t’a présenté les essentiels à avoir, les vêtements à posséder, comment les porter et où te les procurer. C’est bien beau tout ça, mais on a oublié un détail important. T’auras besoin d’un peu plus que ta paire de ski conventionnelle et ton snow de tous les jours.

Dans le beau texte qui suit, on te présentera le matériel que tu auras réellement besoin. Besoin comme dans obligatoire : tu ne pourras pas t’en passer. On te donnera différentes options, plus ou moins dispendieuses, si tu souhaites rendre tes expériences de touring vraiment agréables. Le dossier vêtement, c’est histoire du passé. Maintenant, on jase équipement.

Pour les skieurs de ce monde : skis de poudreuse, bottes et fixations spécialisées, bâtons rétractables (dans le meilleur des mondes) et peaux de poques.

Pour les uniplanchistes : splitboard, fixation transformables, bâtons rétractables et peaux de phoques.

Bien sûr, pour ceux qui commencent ou qui souhaitent éventuellement s’initier à ce sport, l’option d’ascension en raquettes est possible. On limite donc les dépenses reliées à l’achat de nouvelles binding, d’un nouveau snow (ou de nouveaux skis) et toutes les autres dépenses que ça implique.

Pour les skieurs

Ski

Si tu décides d’aller faire une sortie en ski de randonnée, c’est que tu espères réellement skier dans de la poudreuse. Tu souhaites qu’il y a en aille le plus possible et qu’elle soit la plus légère possible. Si tu veux optimiser tes virages et ne pas t’enfoncer jusqu’aux hanches, je te propose d’opter une paire de ski de type freeride. La plus grande particularité de ces skis : la largeur. On cherche une palette qui mesure entre 95 et 120 mm de large pour une flottaison sur la neige optimale. Ils seront parfait pour skier de grosses collines, des sous-bois, de la poudreuse (le plus possible please!) et des conditions plus difficiles.

Ces skis sont également habituellement un peu plus longs et plus plats qu’un modèle tout terrain par exemple. Leur largeur aura un impact sur la stabilité et l’équilibre, en plus d’offrir d’offrir une meilleure réponse lorsqu’on effectue un virage ou un mouvement plus risqué (elle t’évitera peut-être bien quelques chutes!). Pour ce qui est de la longueur de vos skis, si tu es rendu à skier en hors-piste, tu es sans doute considéré comme un skieur intermédiaire à avancé. Je te dirais donc d’opter pour une longueur équivalente à ta grandeur (allant jusqu’à 5 cm plus petit dans le cas des intermédiaires).

Bottes

Les bottes sont cruciales pour les sorties en hors-piste et même pour les journées à la station. Elles doivent être bien adaptées et offrir confort, chaleur et performance. Avec les technologies qui évoluent, plusieurs sont maintenant dotées de semelles adhérentes et d’un mode marche. Communément appelé Walk-to-ride ou mode randonnée, ces bottes vous offrirons une plus grande liberté de mouvement et une meilleure flexibilité. Chose importante : lorsque tu t’achètes de nouvelles bottes, assures-toi qu’elles soient compatibles avec tes fixations.

Pour ce qui est de la flexibilité de ta botte, cela est indiqué en fonction de l’indice de flexion : 50 étant peu rigide à 130 étant très rigide. Attention : l’indice n’est pas le même pour toutes les compagnies. Il est donc préférable de comparer plusieurs types de bottes d’une même marque pour comparer l’indice de flexion.

En hors-piste, les spécialistes conseillent des bottes de ski de haute route. Elles sont beaucoup plus légères et plus flexibles, en plus d’être compatibles avec les fixations dédiées au touring et d’être plus confortable pour la marche et l’ascension.

Fixations

La plus grande particularité des fixations de ski hors-piste (ou de haute route) est qu’elles vous permettent de libérer votre talon pour la montée et de le verrouiller ensuite pour la descente. Elles sont également dotées d’une cale de montée, qui elle vous évite une pression sur votre tendon d’Achille pendant que vous êtes en mode ascension.

Il en existe plusieurs modèles, dont les fixations à châssis, les fixations tech et les fixation de télémark (celles-ci ne se verrouillent pas pour la descente par contre). En fonction du modèle choisis, elles seront plus ou moins lourdes, elles auront un système de verrouillage et de libération du talon différent et auront, dans certains cas, des freins.

Voici un exemple de fixation à châssis et de fixations tech.

Source : MEC

Pour les Snowboarders

Splitboard

Le splitboard est un phénomène bien intéressant. Il s’agit en fait (tu le sais surement déjà mais au cas) d’une planche à neige spécialement conçue qui se sépare en deux pour devenir des genre de skis pour faciliter l’ascension lors de sortie en touring. Avec ta planche, on te fournira également des clips d’assemblage pour t’assurer que les deux parties restent bien ensemble durant la descente. Tu devras ensuite y ajouter des fixations spécialement adaptées qui se tournent pour être ajustée avec la largeur du demi-snow et pointer vers l’avant. Ça semble un peu compliqué expliqué comme ça, mais pas tant que cela dans le fond.

En théorie, en choisissant un snowboard du type splitboard, il sera automatiquement (pratiquement) conçu pour les conditions très enneigée et la poudreuse. Rares sont les fois où tu vas prendre le temps de monter une montagne pour redescendre sur du damé. (Je te juge pas là si tu le fais…)

Voici quelques exemples :

Burton

Fixation Splitboard Hitchhiker

Family Tree Flight Attendant X Splitboard

Burton vous a d’ailleurs concocter un vidéo qui vous montre comment passer du mode «riding» au mode «touring» lorsque vous êtes équipés des 2 items Burton présentés.

À noter : si vous décidez d’acheter un splitboard Burton, vous devrez automatiquement acheter les fixations Burton, puisque la compagnie a développé un système de puck bien à elle qui ne les rendent pas compatibles avec d’autres fixations.

Jones

Farout binding Explorer splitboard

K2 – femme

Farout binding

The northern lite splitboard

Les gens chez K2 sont vraiment du bon monde. Ils t’ont préparé un kit, incluant :

  • La planche
  • Les pucks
  • Les peaux
  • Le riser (le petit truc qui te permet d’incliner plus on moins ta botte en fonction de l’intensité de la pente)

Fixations

Pour ce qui est des fixations, tu en trouveras différents types sur le marché. Certaines sont adaptées pour passer du mode montée à descente facilement et rapidement. Notre chum Franky nous offre d’ailleurs un beau p’tit tutoriel qui nous explique les 4 types de fixations disponibles sur le marché. Pour vraiment bien comprendre la différence, je vous conseille fortement l’écoute de ce petit vidéo. Plus ou moins 7 minutes bien investi où on vous montre réellement comment ça fonctionne.

Bottes

En gros, pour les bottes, ce n’est pas trop compliqué. Tu n’auras pas absolument besoin de te procurer une autre paire de bottes, uniquement pour tes sorties en haute-route. On te conseille quand même des bottes plus rigides. La raison est bien simple. Elles t’offriront plus de réponses lors des virages. Ce qu’on entend par là, c’est que lorsque tu dois rapidement effectuer un virage pour ne pas te retrouver face contre arbre, tu as moins besoin de forcer pour «ramener» ton board. En ayant une botte plus rigide, le travail est plus rapide et efficace.

Il existe également des bottes qui offrent un mode «marche» qui rendent le derrière de la botte plus flexible et lousse (On fait ici référence à la flexibilité négative). Elles sont idéales pour la montée en splitboard ou même en raquette.

Si tu veux d’autres beaux conseils comme ça, rend toi au Empire Sport sur Robert-Bourassa à Montréal. J’ai quelques bons amis qui sauront te conseiller à merveille.

Pour les raquettistes

Ici, c’est assez simple. Si tu veux t’éviter de t’acheter un nouveau kit simplement pour les randonnées en hors-piste, assures-toi d’avoir au moins une bonne paire de raquettes. Je conseille peut-être pas les vieilles et immenses raquettes de ton papi, ça va mal se trimbaler. Opte pour des petites raquettes, les plus légères possibles, pour qu’elles ne soient pas trop encombrantes à trainer une fois attachées à ton sac à dos. Pour les skieurs, assurez-vous que vos bottes de ski fonctionnent dans les raquettes. D’ailleurs, les gens de Altitude Sport vous ont concocté un article sur les 5 paires de raquettes parfaites pour le ski de randonnée. De plus, ce sera l’idéal si tes skis ou ton snow sont déjà adaptés pour la poudreuse. Tu auras beaucoup plus de plaisir à descendre, crois-moi.

Au commun

Bâtons ou poles

On en a déjà parlé dans le premier article, si tu as la chance d’avoir des poles rétractables et ajustables, ce sera vraiment le best. Par contre, si tu es un skieur, rien ne t’empêche d’utiliser tes bâtons traditionnels. Si tu es en snow, tu seras bien content de pouvoir les ranger dans ton sac une fois rendu au sommet.

Casque

La sécurité : c’est plus qu’important. Si tu pars en ski de randonnée, tu vas être dans des endroits plus éloignés et plus à risque. Il y a de fortes chances que tu skies dans des sous-bois (donc présence accrue d’arbres et de branches). Advenant le fait que tu tomberais et que tu te blesserais, il n’y aura pas de patrouilleurs pour venir te chercher en moins de 10 minutes. Avec un casque, tu réduis (au moins) de beaucoup le risque de blessures majeures. Choisis-toi simplement un casque dans lequel tu es confortable. Plus il est léger, moins il sera encombrant à monter jusqu’en haut.

Peaux d’ascension

Les peaux d’ascension se fixent sur tes skis ou sur ton splitboard pour t’aider à monter. Elles sont munies d’un adhésif réutilisable et d’attaches (parfois une pour le bout de la spatule et pour le talon, et parfoi seulement une à la spatule). En théorie, elle doivent recouvrir toute la longueur de ta palette et la partie la plus large de ton ski. Tu pourras ensuite les tailler en conséquence pour qu’elles soient bien égales à tes palettes.

Il en existe 2 types :

  • En nylon : de manière générale, elles sont très résistantes et un peu moins dispendieuses que celles en mohair.
  • En mohair : elles sont optimales pour une ascension par temps froids (-20 degrés celsius ou moins) ou pour des montées sur de la neige légère et sèche. Par contre, elles sont moins résistantes et plus chères que celles en nylon. Un appart qualité-prix peut-être moins favorable.

Ready? Set? Go!

Tu l’as probablement remarqué, il en faut de l’équipement pour partir en ski/snow de randonnée. Par contre, ce n’est rien comparé le fun que tu vas avoir à dévaler des pistes complètements enneigées où à peu près personne n’est passé. On se rappelle que tout comme les vêtements que tu choisiras, ton équipement fera une différence importante dans ton niveau d’appréciation de ta journée en haute-route. Que ce soit tes skis de poudreuse ou ton spliboard, tes raquettes ou tes peaux, assures-toi, avant de partir, que tout est en ordre et en bon état. Vérifie que tu as tout ce qu’il te faut dans ton sac et que t’es enfin (j’espère que t’es déjà en route pour les Chic-Choc en ce moment!) prêt à aller rider.

Pour être bien sur que tu vas aimer tes journées en touring et que tu ne seras pas racké pendant 5 jours après ta sortie, mon ami futur physio et moi, on t’a concocté un beau petit guide pour bien t’échauffer, t’étirer et t’entrainer pour être au sommet de ta forme. D’ici là, bon ski !

There are currently no comments.